Temoignage d’une femme évadée de Daech


Au nom d’Allâh , le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux


Suite au précédent témoignage, nous savons que certaines femmes ont été incité à rejoindre la Syrie par des hommes suivant la voie du takfirisme.

*Ils se servent de vidéos véhiculés par les terroristes(musiques, attaques, promo) pour inciter les femmes afin de les rejoindre dans leur route pour la Syrie.
*Ils banalisent la vision de la barbarie et de la violence, en prétendant que ceci est tout à fait naturel et normal.
*Ils se présentent d’une image de gentil et se montrent de plus en plus violent et agressive.

Mais si celà concerne l’incitation, qu’en est-il de celles qui ne pourront jamais témoigner? Qu’en est-il de celles qui ont été séduites par cette incitation et les ont rejointes en Syrie?
Qu’est ce que les adolescentes et autres femmes subissent auprès de Daesh?
Voici le temoignage d’une musulmane évadée de Daesh:

« Je vais vous raconter ma petite histoire personnelle que vous n’êtes pas obligés de lire. Tout d’abord mes sœurs sachez que si je dévoile ce pan de ma vie privée c’est que je veux votre bien et je souhaite vous mettre en garde du danger qu’il y a là-bas.

Assalam alaykunna wa rahmatullahi wa barakatuh
Pour commencer je vais me présenter un peu, je suis une sœur de 18 ans, je vis dans les environs de Lille (59).

J’étais comme beaucoup d’entre vous assez souvent sur ma page Facebook pour partager de bons moments et des rappels sur la religion avec les sœurs que j’avais en amies. J’ai fais de magnifiques rencontres, j’ai appris tellement de choses et je suis devenue meilleure grâce à elles. Jusqu’au jour ou un frère, enfin si on peut appeler ça comme ça est venu GÂCHER MA VIE. Il est venu à moi profitant de ma naïveté et pour bien sûr m’arracher à ma famille.

Je n’acceptais pas les hommes. Et je ne répondais donc pas à leurs messages non plus. Je ne sais pas ce qui m’a pris de répondre à ses messages mais quelque chose m’y poussait. Donc il est venu à moi, et m’a demandé si je comptais faire la hijra, je lui ai répondu que oui, mais une fois mariée Bi idni Llah. Il m’a dit qu’il ne fallait pas impérativement être mariée pour émigrer pour la cause d’Allah soubhanou wa taa’la. Et que là où il était il y avait beaucoup de frères qui souhaitaient se marier (dont lui) bien évidemment, il l’avait précisé. Il m’a fait un lavage de cerveau jusqu’à me dire qu’il avait émigré en Syrie et qu’il était dans le camp de « Dawla ». Il me faisait nassiha (conseil/rappel) tous les jours me disant de quitter ce pays de kouffr, que vivre sous les lois du Trés-Haut était obligatoire et que chaque jour passé ici était des péchés pour moi.

Il m’a « vendu du rêve ». Je l’ai donc naïvement écouté, deux mois après j’étais bêtement tombée amoureuse de lui, je suis partie le rejoindre sans prévenir personne et laissant ma famille inquiète sans nouvelles. Logiquement direction Turquie mais il avait tout prévu pour ne pas que je me fasse attraper par les autorités françaises. J’ai dû contourner la France et prendre mon billet d’avion à l’étranger.

J’ai eu toutes les raisons de faire demi-tour durant mon trajet mais malheureusement je ne l’ai pas fait… Je suis bien arrivée en Turquie où un passeur devait venir me chercher, je suis sortie de l’aéroport vers deux-trois heures du matin. Et aucun passeur n’était là. J’ai donc pris un hôtel, et j’ai contacté le frère. Il m’a rassurée et m’a dit de me reposer et que tout allait s’arranger demain. Le lendemain deux frères de Daesh sont venus me récupérer en voiture pour m’emmener dans une maison remplie de sœurs Russes qui allaient également en Syrie rejoindre un homme. Au bout de trois jours ces deux hommes m’ont emmenée accompagnée d’une sœur à une gare de bus pour aller jusqu’à Gaziantep car c’est la ville la plus proche de la frontière… Après dix heures de bus, un passeur nous attendait là-bas et nous a déposées dans une autre maison.

Quelques heures après un camion rempli d’hommes et de femmes est venu nous récuperer et nous a déposées le plus prés possible de la frontière. On a dû courir pendant à peu prés de trois minutes pour atteindre la Syrie. Après cela, des hommes ont pris tous nos bagages et nous ont enfermées dans une maison vétuste, insalubre, sans électricité et pleine de femmes et d’enfants. Le frère m’avait promis de me récupérer dès mon arrivée mais j’ai vécu une semaine dans cette maison puis deux semaines dans une autre. C’est donc au bout de trois semaines qu’on m’a déposée à Raqqa, la capitale, où je me suis mariée avec ce frère. Sur la route j’ai pu voir des décapitations d’hommes en public, des crucifixions, et je passe les détails. C’était l’horreur sans parler des avions qui bombardaient constamment.

J’ai vécu cinq mois avec cet homme comme une esclave, il n’était jamais là, il me délaissait, j’étais toujours seule et enfermée. Les seules fois où il rentrait c’était pour manger et pour assouvir ses besoins d’homme. Il est devenu violent envers moi jusqu’à me pousser du balcon. Je n’ai pas été hospitalisée faute de moyens et d’expérience et je ne sais toujours pas marcher correctement à l’heure d’aujourd’hui.

J’ai donc divorcé et on m’a remariée de force avec un Chichène, qui lui était obsédé sexuellement et très violent. Après neuf mois de calvaire j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai réussi par la grâce du Trés haut que je remercie tous les jours à m’enfuir de ce pays et à retrouver ma famille…. Qu’Allah swt vous préserve de tout ça.

Mes sœurs je vous aime fi Allah, faites attention à vous pour l’amour d’Allah. Le haqq n’est pas là-bas, n’allez pas rejoindre ce clan de chiens de l’Enfer. Ce sont bel et bien des khâwarijs…. Et je connais beaucoup de sœurs de France ou d’ailleurs qui voudraient revenir mais une fois entrées là-bas c’est interdit d’y sortir, du moins pas vivant…« 

Source: sunna-magazine.com

Les deux francais arretés au Yemen


Bismillâhi rRahmãni rRahim

Un responsable du centre reconnu Dar Al Hadith As-Salafiya de Shihr dément l’information concernant les deux frêres français qui ont été arrêtés au Yémen.
Ils sont tous deux étudiants du centre Dar Al Hadith As-Salafiya de Shihr. 
Le centre est connu et reconnu mondialement pour son suivi de la voie salafi qui est sur le juste-millieu et rejette toute forme d’exagération et d’extrémisme.
Ce responsable a fermement démenti les allégations de l’appartenance des deux français à la secte takfiriste AL QAIDA disant « Il y a une grande confusion à ce sujet ».
Il a même ajouté que « ces deux français sont présents à Shihr depuis une dizaine d’années et chacun d’entre eux est marié à une femme de Hadramout et ont des enfant.
Il termine en  précisant que « les étudiants en science étrangers possèdent des papiers officiels ».
Actuellement il contacte avec insistance les instances concernées afin d’éclaircir la réalité sur cette affaire.

Source : DarAlHadithdeShihr et http://t.co/q5a82sK1nN

Arabie : 100 millions de dollars pour un centre anti-terroriste


Au nom d’Allâh, le total misercordieux, le très misercordieux

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a annoncé un don de 100 millions de dollars pour activer un centre de lutte anti-terroriste mis en place à son initiative en 2005.
«J’annonce un don de 100 millions de dollars de l’Arabie saoudite pour soutenir ce centre et l’activer(…)», a déclaré le roi Abdallah lors d’une allocution à l’occasion de l’Aïd el-Fitr.

Cité par l’agence officielle Spa, le roi a appelé tous les pays à soutenir ce centre pour aider à se débarrasser des takfiristes.
En effet, L »Arabie saoudite avait signé en 2011 un accord pour la fondation de ce centre, auquel le pays avait alors donné 10 millions de dollars.

L’Arabie saoudite, qui recois plusieurs attentats depuis plus de 20ans, démontre bien la distinction entre les Salafistes et les Takfiristes

source : http://www.maghrebemergent.info/actualite/breves/fil-monde/item/27857-l-arabie-saoudite-fait-don-de-100-millions-de-dollars-a-un-centre-anti-terroriste-de-l-onu.html</em