Une femme agressée à cause de sa religion


Bismillâhi rRahmâni rRahîm

Au nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le très Miséricordieux. source image : inforeseauratp

En france, Ce vendredi 12 Decembre 2014, Une fille innocente de 22 ans a été agressée, alors qu’elle s’apprêtait à descendre du bus 183 à Choisy-le-Roi.

C‘est à l’arrêt « Verdun-Hoche » qu’un homme l’attrapa violemment  la nuque pour ensuite lui frapper d’un coup de genou dans le ventre.
Puis, après avoir fait tomber la fille à terre, cette homme en profita pour lui écraser le crâne contre le bitume, pour ensuite ajouté des coups de poing dans le ventre.
Une fois avoir agressé la fille sans défense, L’homme violent décida de s’enfuir.

Pourtant, malgré l’agression, elle n’a pas du tout été prise en charge par les pompiers.

Ni le chauffeur, ni les passagers ou ni les passants n’aurait réagi pendant l’attaque.

La jeune femme, porteuse d’un jilbab a témoigné que son agresseur l’avait traité deux fois de « sale musulmane ».

Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. – Dis : « Certes, c’est la direction de Dieu qui est la vraie direction ». Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Dieu ni protecteur ni secoureur. (Sourate 2 Al Baqara, Verset 120)

Quant à ceux qui ont fait l’émigration après avoir subi des épreuves, puis ont lutté et ont enduré, ton Seigneur après cela, est certes Pardonneur et Miséricordieux. (Sourate An-Nahl, verset 110)

« Il n’est pas permis de rester dans un pays dans lequel le musulman est empêché d’exprimer ouvertement sa pratique de l’Islam et de les annoncés publiquement.(…) » (Le Grand Savant ibn Baz, que Dieu lui fasse miséricorde.)

source :  m.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/une-passagere-du-bus-agressee-a-cause-de-son-voile-16-12-2014-4377251.php#xtref=http%3A%2F%2Ft.co%2FGky3lb672z

Une mère interdit de repas son enfant musulman


Au nom de Dieu, le tout miséricordieux et le très misericordieux.

location vaisselle assiette julia

« Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. -Dis : « Certes, c’est la direction d’Allâh qui est la vraie direction ». Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allâh ni protecteur ni secoureur.» {S. 2 V. 120}

« Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci: lorsque vous entendez qu’ on renie les versets d’ Allah et qu’ on s’ en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu’à ce qu’ ils entreprennent une autre conversation.
Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l’ Enfer. » (Coran,4.140)

Depuis ce Samedi 28 Mars 2014, une mère de famille interdit à un de ses enfant musulmans de manger tout type de repas au foyer.

Cet femme française d’origine congolaise et de confession chrétienne, explique cet decision ainsi:

Cet mère, approchant de la cinquataine, revenant d’une journée de travail à EDF, ordonne à son fils de l’aider à remonter les courses dans l’appartement.

Son fils qui avait fait comprendre à sa famille par le passé, qu’il n’avait pas le droit de s’assoir dans une table contenant des contenues illicites tel l’alcool, le porc, ainsi que de consommer ou transporter ces produit, accepta d’aller l’aider.

« Celui qui croit en Allah et au jour dernier ne doit pas s’asseoir devant une table où le vin est servi » (rapporté par at-Tirmidhi, voir al-adab, 2725)

Après plusieurs montés et décentes, la mère ordonna au fils de ramener ce qui reste à l’apportement.
Le fils accepta et descendit.

Mais le fils observa que Les éléments restant étaient un pack de lait et un sac contenant certain contenu illicite.
Le fils, revenu avec le pack de lait et expliqua clairement à sa mère qu’il n’avait pas le droit de transporter ce dernier.
C’est alors qu’elle décida d’interdire formelement de se nourir de tout type de repas chez elle.

C’est donc un grand bienfait qu’Allâh a fait pour ceux qui sont né parmi une famille musulmane.
Et c’est aussi un grand bienfait qu’Allâh a fait pour ceux qui sont né parmi une famille non-musulmane de sortir des ténèbres vers la lumière.
Al hamdoulillâh

Terrorisme Legal : l’Etat sioniste autorise le meurtre d’innocent.


Au nom de Dieu, le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

Dieu dit, Sourate 5 Verset 3 : « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion,et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée pour vous l’Islam comme religion.»

Dieu dit, dans son dernier livre revélê, Sourate 60 Verset 8:

« Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables.»

Il est donc tout à fait rationnelle qu’un takfirisite, qui autorise le fait de tué des non-muslim ayant un accort de paix avec les croyants, se fasse emprisonné en Arabie ainsi que dans d’autre pays musulmans ou exécuté par le gouvernement musulman.
Dieu dit , Sourate 5 verset 32:

«C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre »

Ce qui s’oppose, certes, au centre d’étude talmudique(yeshiva) dirigé par le rabbin Yitzhak Shapiro. Ceux-là ont publié un livre il y a plus de 2 semaine, en toute legalité et sans aucune sanction gouvernemental des occupants sioniste ou international.
Bien au contraire ce livre appelé «La Torah du roi» a recu des recommandations des rabbins Yithak Ginzburg, Yaakov Yosef, ainsi que plusieurs rabbins éminents de la Colonie.

Voici un extrait :
« Il est permis de tuer les Justes parmi les Nations, même si ils ne sont pas responsables de la situation menaçante »,
« Si nous tuons un païen qui a péché ou a violé l’un des sept commandements – parce que nous nous soucions des commandements – il n’y a rien de mal à l’assassiner »

Sans compter le fait que ce pays n’est pas le leur.

source:contre-info.com/cisjordanie-un-rabbin-declare-que-les-juifs-peuvent-tuer-les-non-juifs-qui-menacent-israel/

France : enfant traumatisé dans une école maternelle.


Au nom d’Allâh, Le total misericordieux, le très misericordieux.

photo d'une ecole en construction à perpignan

Une enseignante d’une école maternelle a arraché des cheveux à un bébé de 5 ans contre lequel elle s’était énervée.

A la sortie de l’école il y a deux ans, dans un village des Pyrénées-Orientales proche de Perpignan, la mère de l’enfant avait remarqué qu’il lui manquait une partie de ses cheveux.
Quand elle avait téléphoné à la maîtresse, celle-ci lui avait elle-même expliqué avoir perdu son sang-froid et tiré les cheveux du petit parce qu‘il ne voulait pas comprendre ce qu’elle lui disait. Reprochant à la direction de l’école de se ranger du côté de l’enseignante, les parents avaient porté plainte plus tard à la gendarmerie, photos de la chevelure de l’enfant à l’appui.

L’enfant, «suivi par un psychologue pendant de très longs mois», avait été transféré dans un village voisin jusqu’à la fin de l’année scolaire. Malgré cette période qualifié de traumatisante, c’est avec un grand courage que leur progéniture a finalement réintégré cette école la rentrée suivante avec l’accord des parents.

Voici la position de l’Islam, concernant le fait de frapper un enfant n’ayant point atteint la puberté, par le grand savant Muhammad ibn Salih al Otheymine :
http://etudeislamique.wordpress.com/2013/11/09/est-il-permis-de-frapper-son-enfant-qui-a-moins-de-dix-ans/

Le compagnon ‘Ali (qu’allâh l’agré) rapporte que le Dernier des Prophètes, Muhammed (صلى الله عليه و سلم), a dit : « la plume est levé sur trois personne : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison » (hadith authentique rapporté par Abû Dawud).

L’islam préche la miséricorde envers les enfants, et le hadith cité prouve qu’Allâh suspend les péchés de l’enfant non pubere, du fou et de celui qui est entrain de dormir, et que ces 3 personnes ne sont pas responsables de leurs actes.

source : leparisien.fr/faits-divers/perpignan-une-institutrice-condamnee-pour-avoir-arrache-des-cheveux-a-un-eleve-08-11-2013-3298777.php

L’Etat sioniste reconnaît avoir utilisé du phosphore blanc à Gaza



Au nom de Dieu, Le Total misericordieux, le très misericordieux.

Après avoir nié pendant des mois avoir utilisé des munitions au phosphore blanc lors de l’opération « Plomb durci » sur Gaza, le gouvernement de l’Etat juif admet en avoir finalement fait usage.
Lors de cette operation, les colons ont sciement détruit des biens et tué des innocents.

Le phosphore cause de grave brûlures de la peau, des muscles, voir des os. Sa combustion ne s’arrête que lorsqu’il est privé d’oxygène.

De nombreux restes de munitions où des traces blanches de phosphore ont été retrouvés dans Gaza, démontrant que la substance avait été utilisée lors du raid sur des entrepots et innocents (dont des enfants comme demontrent les photos prises circulant sur internet)

Les dégâts liés à cette utilisation étaient excessifs, au – 1.100 morts

Si seulement les armées takfiristes en Palestine cessaient de s’entretuait entre eux et que le hamas reconnaissent enfin que le tawhid, la salafya et la loi divine sont la solution pour la victoire.

Une maire risque 3 ans de prison pour refus de marier des lesbiennes


Au nom de Dieu, le tout misericordieux, le tres misericordieux.

pris d un site externe

pris d un site externe


La ministre de la Justice du taghout, Christiane Taubira, avait menacé que, face au refus d’un maire, les demandeurs du mariage homos peuvent saisir les tribunaux au titre du Code pénal.
Les sanctions injustes sont extrême : trois ans de prison et 45 000 euros d’amende »

Malgré l’attachement patriotique et nationaliste connu du maire, elle refusa tout de même de contredire la nature originel en ne mariant pas dans sa ville 2 Lesbiennes Angelique Leroux et Amandine Gilles (Qui s étaient plaintes aux médias ensuite)

La justice du Taghout est alors intervenu d’un pas décidé; le parquet de Carpentras a ouvert une enquête préliminaire le Lundi 26 Aout.

source : actualite.portail.free.fr/toute-l-actu/26-08-2013/video-la-maire-bollene-explique-pourquoi-elle-s-oppose-au-mariage-de-deux-femmes/
actualite.portail.free.fr/toute-l-actu/26-08-2013/ouverture-d39une-enquecircte-preacuteliminaire-apregraves-le-refus-d39une-maire-de-marier-deux-femmes/

Printemps Arabe, où sont ses fruits ?


Le Printemps Arabe n’a pas fini de fleurir son désastre et continu

dans son élancé. Zoom en Egypte.

Au nom d’Allâh, le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

Après les révoltes de 2011 qui opposaient la police égyptienne de Hosni Moubarak (ancien président d’Égypte) contre les manifestants, c’est le soit-disant « islamiste » d’Ikhwani Muhammad Morsi le 30 juin 2012 qui prend la place de Moubarak et a le pouvoir par élection en toute « légitimité » avec un peu plus de 50% des voix.

C‘est alors qu’en juin 2013 (soit près d’un an de pouvoir) que d’autres révolutions éclatent, se dresse alors les militaires et la population contre l’État Des Frères Musulmans directement et demande son délogement. Les protestataires gagnent et laissent Morsi destitué sans aucune structure.

Nous avons donc à faire depuis mi-juin jusqu’à aujourd’hui le 15 août (2013) à des manifestations ou plutôt des rassemblements meurtriers qui opposent les PRO-MORSI et les ANTI-MORSI (militaires mêlés).

Engrenage d’événements, retournement de situation, c’est un grand bain de sang qu’on peut synthétiser de toutes ces révoltes quelques soient !

Cette dernière révolution a fait plus de 250 morts s’additionne à cela les 365 morts depuis 2011, le début de toute cette corruption…

Le fait de se révolter contre le Gouvernant ne fait pas partie du sentier d’Allah contrairement à ce qu’inventent les Ikhwan Mouslimoun et les Khawaridj néo Takfiri, et le fait de semer le trouble contre le gouverneur pervers ou pieux comme le font les pays arabe est en totale contradiction avec la Parole d’Allah et la Sounnah de son Messager, en analysant les méfaits de ce qui en découle (des révoltes et la désobéissance aux gouverneurs) nous pouvons que comprendre que la Shari’a est pure et exempt de tout défaut.

 Chapitre 4 – verset 59: «O vous qui avez cru! Obéissez à Allah, obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le pouvoir».

Umm Salamah rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Viendront après moi des émirs dont vous agréerez certaines choses et réprouverez d’autres. Celui qui les réprouve s’est innocenté, et celui qui les désapprouve est préservé, mais [le péché] ne touche que celui qui les agrée et les accepte. » Les Compagnons dirent : « Ne devons-nous pas les réprouver par l’épée ? » Il répondit : « Non, tant qu’ils accomplissent la prière. » [Muslim (4906)]

Hudhayfah rapporte que le Messager d’Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit : « Viendront après moi des imams qui ne se conformeront pas à ma voie, n’adopteront pas ma Sunna, et il y aura parmi eux des hommes ayant des cœurs de démons mais une apparence humaine. » Je dis : « Que dois-je faire si je les vois ? » Il dit : « Écoute et obéis à l’émir, même s’il frappe ton dos et prend tes biens, écoute et obéis. » [Muslim (4891)]

Shaykh Al-Islâm Ibn Taymiyyah a dit : « L’innovateur qui pense qu’il est sur la vérité comme Al-Khawârij et An-Nawâsib qui ont déclaré l’inimitié et la guerre au groupe des musulmans, inventé des innovations et ont déclaré mécréant celui qui n’était pas d’accord avec eux sur cela ; le tort qu’ils ont causé aux musulmans fut plus grand que celui des oppresseurs qui savent que l’injustice est interdite. Et si l’un d’eux doit être châtié dans l’au-delà, pour sa fausse interprétation, son châtiment pourra être moindre, mais le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a ordonné de combattre les premiers et interdit de combattre les émirs oppresseurs, et les hadiths authentiques à ce sujet sont très nombreux. » [Minhâj As-Sunnah (5/149)]

 kana

Ils croient que la révolte rassurera leurs chagrins, leurs peines et leurs espoirs mais LEURS GOUVERNEURS NE SONT QU’A LEURS IMAGES….

Ô musulmans, vos dirigeants sont à l’image de vos œuvres – Shaykh Muhammad Ibn Sa’îd Ibn Raslan (lien)

Arabie : 100 millions de dollars pour un centre anti-terroriste


Au nom d’Allâh, le total misercordieux, le très misercordieux

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a annoncé un don de 100 millions de dollars pour activer un centre de lutte anti-terroriste mis en place à son initiative en 2005.
«J’annonce un don de 100 millions de dollars de l’Arabie saoudite pour soutenir ce centre et l’activer(…)», a déclaré le roi Abdallah lors d’une allocution à l’occasion de l’Aïd el-Fitr.

Cité par l’agence officielle Spa, le roi a appelé tous les pays à soutenir ce centre pour aider à se débarrasser des takfiristes.
En effet, L »Arabie saoudite avait signé en 2011 un accord pour la fondation de ce centre, auquel le pays avait alors donné 10 millions de dollars.

L’Arabie saoudite, qui recois plusieurs attentats depuis plus de 20ans, démontre bien la distinction entre les Salafistes et les Takfiristes

source : http://www.maghrebemergent.info/actualite/breves/fil-monde/item/27857-l-arabie-saoudite-fait-don-de-100-millions-de-dollars-a-un-centre-anti-terroriste-de-l-onu.html</em

(Suite)La musulmane d’Argenteuil a perdu son bébé



Au nom de Dieu, le Tout misericorde, le très misericordieu.

Suite à la violente agression ( https://salafiactu.wordpress.com/2013/06/13/argenteuil-nouvel-agression-anti-islam-sur-une-fille ) notre soeur agée de 21 ans a perdu son bébé ce Lundi 17 Juin 2013.

Gloire à Dieu, la haine envers l’Islam pousse a frappé brutalement le ventre d’une fille enceinte de 4 mois.

«Son mari m’a appelé cet après-midi. Elle a perdu son bébé. » temoigne son avocat Me Hosni Maati « La famille est marquée par le drame»

La fille meutri évoque un acte sans caractère raciste mais islamophobe à l’agression , avoir été agressée par deux hommes alors qu’elle terminait une conversation avec sa mère au telephone et qu’avant de prendre la fuite l’un d’eux lui a donné un coup de pied à la hanche.

Al Wala wal bara et La hijra nous est bel est bien obligatoire.

source : liberation.fr/societe/2013/06/18/la-femme-voilee-agressee-a-perdu-son-bebe_911721

Islamocide : Une Mère montre un bon exemble de fierté à ses 4 filles



Une mère de famille portant le niqab a refusé de désobeir au créateur de la terre au profil du Taghout.
« Donc, quiconque mécroit au Tâghût tandis qu’il croit en Allâh saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. » (S2-V256)
En effet, la femme pudique de 37 ans a été interpellée pour port du niqab le jeudi 13 juin 2013 en fin d’après-midi dans le centre-ville de Marseille, alors qu’elle conduisait tranquillement sa voiture avec ses quatre fillettes à l’intérieur.
Depuis 2 ans, comme pour 1 réel obsession, toute musulmane en niqab se fait encercler afin de subir « un contrôle d’identité » dans lequel les policiers ordonnent à la musulmane de deshabillée son visage en public. En cas de refus la fille se fait généralement mis en garde à vue, violement arrété ou tabassé.
C’est donc avec 1 grand courage que la fille a refusé de dénudée son visage. La soeur a donc été arrêtée par une patrouille de la brigade VTT de la Sécurité publique et relaché vendredi apres midi.
source : tuniscope

Cour Europeenne : la laicite est incompatible avec l’Islam



La cour européenne des droits de l’homme(CDEH) a déclaré, lors de l’arrêt du 31 juillet 2001 annoncant la fermeture d’un parti Musulman turc en Turquie, que les droits de l’homme(frabriqué en 1950) et la démocratie sont incompatibles avec La Loi Divine.

«(…) 11.  Le 21 mai 1997, le procureur général près la Cour de cassation saisit la Cour constitutionnelle turque d’une action en dissolution du R.P. Il reprochait au R.P. de constituer un « centre » (mihrak) d’activités contraires au principe de laïcité. A l’appui de sa demande, le procureur général invoquait notamment les actes et propos suivants des dirigeants et membres du R.P.  :
‑  Le président et les autres dirigeants du R.P. soutenaient, dans toutes leurs interventions publiques, le port du foulard islamique dans les écoles publiques et dans les locaux d’administrations publiques, alors que la Cour constitutionnelle avait déjà déclaré que cela allait à l’encontre du principe de laïcité inscrit dans la Constitution.
‑  Lors d’une réunion relative à la révision constitutionnelle, le président du R.P., Necmettin Erbakan, avait formulé des propositions tendant à abolir le système laïque de la République. Il avait suggéré que les fidèles de chaque mouvement religieux suivent les règles propres à leur organisation et non plus les règles de droit de la République.(…)
24.  Quant au fond, la Cour constitutionnelle estima que si les partis politiques étaient les principaux acteurs de la vie politique démocratique, leurs activités n’échappaient pas à certaines restrictions. Notamment, leurs activités incompatibles avec le principe de la prééminence du droit ne pouvaient être tolérées. La Cour constitutionnelle invoqua les dispositions constitutionnelles imposant le respect de la laïcité aux divers organes du pouvoir politique. Elle rappela également les nombreuses dispositions de la législation interne obligeant les partis politiques à appliquer le principe de laïcité dans plusieurs domaines de la vie politique et sociale. La Cour constitutionnelle fit valoir que la laïcité était l’une des conditions indispensables de la démocratie. Selon elle, le principe de laïcité était garanti en Turquie sur le plan constitutionnel, en raison de l’expérience historique du pays et des particularités de la religion musulmane. La Cour fit observer l’incompatibilité du régime démocratique avec les règles de la Charia. Elle rappela que le principe de laïcité interdisait à l’Etat de témoigner une préférence pour une religion ou croyance précise et constituait le fondement de la liberté de conscience et de l’égalité entre les citoyens devant la loi. Selon la Cour constitutionnelle, l’intervention de l’Etat en vue de sauvegarder la nature laïque du régime politique devait être considérée comme nécessaire dans une société démocratique.
25.  Pour la Cour constitutionnelle, les éléments de preuve suivants démontraient que le R.P. était devenu un « centre d’activités contraires au principe de laïcité » :
‑  Le président du R.P., Necmettin Erbakan, avait encouragé le port du foulard islamique dans les établissements publics et scolaires. (…)

Dans son discours du 14 décembre 1995, précédant aux élections législatives, il avait déclaré ce qui suit :

« (…) les recteurs (d’université) vont s’incliner devant le voile quand le R.P. sera au pouvoir ».

Or, manifester ainsi sa religion équivalait à faire pression sur les personnes qui ne suivaient pas cette pratique et créait une discrimination fondée sur la religion ou les croyances. Cette conclusion était renforcée par les constatations de la Cour constitutionnelle et du Conseil d’Etat dans diverses affaires et par la jurisprudence de la Commission européenne des Droits de l’Homme dans les requêtes nos 16278/90 et 18783/91 concernant le port du foulard dans les universités.

(…)- Le vice-président du R.P., Ahmet Tekdal, avait indiqué, dans un discours prononcé en 1993 lors d’un pèlerinage en Arabie saoudite et retransmis par une chaîne télévisée en Turquie, qu’il préconisait l’instauration d’un régime basé sur la Charia :(…)
‑  Le vice-président du R.P. et ministre de la Justice, Şevket Kazan, avait rendu visite à une personne qui se trouvait en détention provisoire pour activités contraires au principe de laïcité et lui avait ainsi marqué son soutien en sa qualité de ministre.(…)

27.  La Cour constitutionnelle rappela qu’elle prenait en considération les textes internationaux concernant la protection des droits de l’homme, y compris la Convention. Elle invoqua également les restrictions prévues par le deuxième paragraphe de l’article 11 et par l’article 17 de la Convention. Elle fit observer dans ce contexte que les dirigeants et les membres du R.P. utilisaient les droits et libertés démocratiques en vue de remplacer l’ordre démocratique par un système fondé sur la Charia. Selon la Cour, lorsqu’un parti politique poursuivait des activités visant à mettre fin à l’ordre démocratique et utilisait sa liberté d’expression pour appeler à passer à l’action dans ce sens, la Constitution et les normes supranationales de sauvegarde des droits de l’homme autorisaient sa dissolution. (…)

43.  La Convention européenne des Droits de l’Homme doit se comprendre et s’interpréter comme un tout. Les droits de l’homme constituent un système intégré visant à protéger la dignité de l’être humain ; la démocratie et la prééminence du droit (rule of law) tiennent à cet égard un rôle clé.
La démocratie suppose de donner un rôle au peuple. Seules peuvent être investies des pouvoirs et de l’autorité de l’Etat des institutions créées par et pour le peuple ; les lois doivent être interprétées et appliquées par un pouvoir judiciaire indépendant. Il n’y a pas de démocratie lorsque la population d’un Etat, même majoritairement, renonce à ses pouvoirs législatif et judiciaire au profit d’une entité qui n’est pas responsable devant le peuple qu’elle gouverne, que cette entité soit laïque ou religieuse.
La prééminence du droit signifie que tous les êtres humains sont égaux devant la loi, en droits comme en devoirs. Toutefois, la loi doit tenir compte des différences, étant entendu qu’il s’agit de distinctions entre les personnes et les situations qui ont une justification objective et raisonnable, visent un but légitime, sont proportionnées et conformes aux principes qui règnent normalement dans les sociétés démocratiques. Or on ne saurait dire que la prééminence du droit règne sur le plan laïque lorsque des groupes de personnes subissent une discrimination au seul motif qu’ils représentent des sexes différents ou des convictions politiques et/ou religieuses différentes. Il ne règne pas non plus lorsque des systèmes juridiques entièrement différents sont créés pour de tels groupes.
Il existe un lien très étroit entre la prééminence du droit et la démocratie. La loi ayant pour fonction d’établir des distinctions sur la base de différences pertinentes, il ne saurait y avoir de réelle prééminence du droit sur une longue période si les personnes soumises aux mêmes lois n’ont pas le dernier mot au sujet de leur contenu et de leur mise en œuvre.
44.  La Cour rappelle en outre que, malgré son rôle autonome et la spécificité de sa sphère d’application, l’article 11 doit s’envisager aussi à la lumière de l’article 10. La protection des opinions et de la liberté de les exprimer constitue l’un des objectifs de la liberté de réunion et d’association consacrée par l’article 11. Il en va d’autant plus ainsi dans le cas de partis politiques, eu égard à leur rôle essentiel pour le maintien du pluralisme et le bon fonctionnement de la <strong›démocratie. (…)

50.  La Cour a précisé que dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir cette liberté de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des convictions de chacun (arrêt Kokkinakis précité, p. 18, § 33).
(…)
La Cour constitutionnelle a rappelé qu’un tel système, qui avait ses origines dans l’histoire de l’Islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire. Un tel système porterait naturellement atteinte à l’unité judiciaire, puisque chaque mouvement religieux se doterait de ses propres juridictions et les tribunaux de l’ordre juridique général seraient tenus d’appliquer le droit selon la religion des comparants, obligeant ces derniers à dévoiler leurs convictions. Pareil système saperait également l’unité législative, étant donné que chaque mouvement religieux aurait compétence pour édicter les règles de droit applicables en son sein. (…)
Selon la Cour, un tel modèle de société ne saurait passer pour compatible avec le système de la Convention, pour deux raisons :
D’une part, il supprime le rôle de l’Etat en tant que garant des droits et libertés individuels et organisateur impartial de l’exercice des diverses convictions et religions dans une société démocratique, puisqu’il obligerait les individus à obéir, non pas à des règles établies par l’Etat dans l’accomplissement de ses fonctions précitées, mais à des règles statiques de droit imposées par la religion concernée. Or, l’Etat a l’obligation positive d’assurer à toute personne dépendant de sa juridiction de bénéficier pleinement, et sans pouvoir y renoncer à l’avance, des droits et libertés garantis par la Convention (voir, mutatis mutandis, l’arrêt Airey c. Irlande du 9 octobre 1979, série A n° 32, p. 14, § 25). (…)

71.  Quant au second groupe des moyens retenus par la Cour constitutionnelle, celle-ci a estimé que le R.P. avait l’intention d’instaurer la Charia (la loi islamique) comme droit commun et comme droit applicable à la communauté musulmane. Or, pour la Cour constitutionnelle, la Charia serait l’antithèse de la démocratie , dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance, ou de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science.(…)

72.  A l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques. La Cour relève que, lues conjointement, les déclarations en question qui contiennent des références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout. Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses. En outre, les déclarations qui concernent le souhait de fonder un « ordre juste » ou un « ordre de justice » ou « ordre de Dieu », lues dans leur contexte, même si elles se prêtent à diverses interprétations, ont pour dénominateur commun de se référer aux règles religieuses et divines pour ce qui est du régime politique souhaité par les orateurs. Elles traduisent une ambiguïté sur l’attachement de leurs auteurs pour tout ordre qui ne se base pas sur les règles religieuses. Selon la Cour, un parti politique dont l’action semble viser l’instauration de la Charia dans un Etat partie à la Convention peut difficilement passer pour une association conforme à l’idéal démocratique sous-jacent à l’ensemble de la Convention.

73.  La Cour estime également que, considérées isolément, les prises de position des dirigeants du R.P., notamment sur la question du foulard islamique ou sur l’organisation des horaires dans le secteur public en fonction de la prière, et certaines de leurs initiatives, telles que la visite de M. Kazan, alors ministre de la Justice, à un membre de son parti inculpé d’incitation à la haine fondée sur la discrimination religieuse, ou la réception offerte par M. Erbakan aux dirigeants des différents mouvements islamiques, ne constituaient pas une menace imminente pour le régime laïque en Turquie. Cependant, la Cour juge convaincante la thèse du Gouvernement selon laquelle ces actes et prises de position étaient conformes au but inavoué du R.P. d’instaurer un régime politique fondé sur la Charia. (…) »

source : hudoc.echr.coe.int/sites/eng/pages/search.aspx?i=001-64174

L’Etat sioniste et les Christiano-Palestinien


Tag anti Chrétien en Israel


Sous occupation Islamique, les chrétiens étaient environ 350.000 en Palestine, Mais suite à l invasion coloniale sioniste en 1948, le nombre de chrétiens a été réduit jusqu’à 45000 en 1969.

– En 1948, environ 5 églises ont été attaqués par l’occupation Sioniste et Une importante hospice chrétienne s’est transformée en une base militaire coloniale.
-En 1949 2 égiles détruites
-En 1952, 2 village Chrétien brulé.
-En 1953, 1 village Chrétien détruit, et Chrétien expulsés.
-En 1954 Les Colons Attaquent une procession chrétienne.
-En 1961 Attaquent sur missionaires
-En 1974, Eglise détruit par des grenades.
-En 1978, une loi contre les missionnaires.
-En 1982, église incendiée.
-En 1983, une mère et une nonne poignardées et tuées.
-En 1983, plusieurs explosifs sont mis dans institution islamiques et chrétiennes à Jérusalem.
-En 1995, 1 Église incendié 1 autre attaqué
-En 2002, église encerclé et attaqué
-En 2007, archeveque arreté
-En 2011, tentative d’expulsion d’un pasteur
-En 2013, eglise attaqué