Temoignage d’une femme évadée de Daech


Au nom d’Allâh , le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux


Suite au précédent témoignage, nous savons que certaines femmes ont été incité à rejoindre la Syrie par des hommes suivant la voie du takfirisme.

*Ils se servent de vidéos véhiculés par les terroristes(musiques, attaques, promo) pour inciter les femmes afin de les rejoindre dans leur route pour la Syrie.
*Ils banalisent la vision de la barbarie et de la violence, en prétendant que ceci est tout à fait naturel et normal.
*Ils se présentent d’une image de gentil et se montrent de plus en plus violent et agressive.

Mais si celà concerne l’incitation, qu’en est-il de celles qui ne pourront jamais témoigner? Qu’en est-il de celles qui ont été séduites par cette incitation et les ont rejointes en Syrie?
Qu’est ce que les adolescentes et autres femmes subissent auprès de Daesh?
Voici le temoignage d’une musulmane évadée de Daesh:

« Je vais vous raconter ma petite histoire personnelle que vous n’êtes pas obligés de lire. Tout d’abord mes sœurs sachez que si je dévoile ce pan de ma vie privée c’est que je veux votre bien et je souhaite vous mettre en garde du danger qu’il y a là-bas.

Assalam alaykunna wa rahmatullahi wa barakatuh
Pour commencer je vais me présenter un peu, je suis une sœur de 18 ans, je vis dans les environs de Lille (59).

J’étais comme beaucoup d’entre vous assez souvent sur ma page Facebook pour partager de bons moments et des rappels sur la religion avec les sœurs que j’avais en amies. J’ai fais de magnifiques rencontres, j’ai appris tellement de choses et je suis devenue meilleure grâce à elles. Jusqu’au jour ou un frère, enfin si on peut appeler ça comme ça est venu GÂCHER MA VIE. Il est venu à moi profitant de ma naïveté et pour bien sûr m’arracher à ma famille.

Je n’acceptais pas les hommes. Et je ne répondais donc pas à leurs messages non plus. Je ne sais pas ce qui m’a pris de répondre à ses messages mais quelque chose m’y poussait. Donc il est venu à moi, et m’a demandé si je comptais faire la hijra, je lui ai répondu que oui, mais une fois mariée Bi idni Llah. Il m’a dit qu’il ne fallait pas impérativement être mariée pour émigrer pour la cause d’Allah soubhanou wa taa’la. Et que là où il était il y avait beaucoup de frères qui souhaitaient se marier (dont lui) bien évidemment, il l’avait précisé. Il m’a fait un lavage de cerveau jusqu’à me dire qu’il avait émigré en Syrie et qu’il était dans le camp de « Dawla ». Il me faisait nassiha (conseil/rappel) tous les jours me disant de quitter ce pays de kouffr, que vivre sous les lois du Trés-Haut était obligatoire et que chaque jour passé ici était des péchés pour moi.

Il m’a « vendu du rêve ». Je l’ai donc naïvement écouté, deux mois après j’étais bêtement tombée amoureuse de lui, je suis partie le rejoindre sans prévenir personne et laissant ma famille inquiète sans nouvelles. Logiquement direction Turquie mais il avait tout prévu pour ne pas que je me fasse attraper par les autorités françaises. J’ai dû contourner la France et prendre mon billet d’avion à l’étranger.

J’ai eu toutes les raisons de faire demi-tour durant mon trajet mais malheureusement je ne l’ai pas fait… Je suis bien arrivée en Turquie où un passeur devait venir me chercher, je suis sortie de l’aéroport vers deux-trois heures du matin. Et aucun passeur n’était là. J’ai donc pris un hôtel, et j’ai contacté le frère. Il m’a rassurée et m’a dit de me reposer et que tout allait s’arranger demain. Le lendemain deux frères de Daesh sont venus me récupérer en voiture pour m’emmener dans une maison remplie de sœurs Russes qui allaient également en Syrie rejoindre un homme. Au bout de trois jours ces deux hommes m’ont emmenée accompagnée d’une sœur à une gare de bus pour aller jusqu’à Gaziantep car c’est la ville la plus proche de la frontière… Après dix heures de bus, un passeur nous attendait là-bas et nous a déposées dans une autre maison.

Quelques heures après un camion rempli d’hommes et de femmes est venu nous récuperer et nous a déposées le plus prés possible de la frontière. On a dû courir pendant à peu prés de trois minutes pour atteindre la Syrie. Après cela, des hommes ont pris tous nos bagages et nous ont enfermées dans une maison vétuste, insalubre, sans électricité et pleine de femmes et d’enfants. Le frère m’avait promis de me récupérer dès mon arrivée mais j’ai vécu une semaine dans cette maison puis deux semaines dans une autre. C’est donc au bout de trois semaines qu’on m’a déposée à Raqqa, la capitale, où je me suis mariée avec ce frère. Sur la route j’ai pu voir des décapitations d’hommes en public, des crucifixions, et je passe les détails. C’était l’horreur sans parler des avions qui bombardaient constamment.

J’ai vécu cinq mois avec cet homme comme une esclave, il n’était jamais là, il me délaissait, j’étais toujours seule et enfermée. Les seules fois où il rentrait c’était pour manger et pour assouvir ses besoins d’homme. Il est devenu violent envers moi jusqu’à me pousser du balcon. Je n’ai pas été hospitalisée faute de moyens et d’expérience et je ne sais toujours pas marcher correctement à l’heure d’aujourd’hui.

J’ai donc divorcé et on m’a remariée de force avec un Chichène, qui lui était obsédé sexuellement et très violent. Après neuf mois de calvaire j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai réussi par la grâce du Trés haut que je remercie tous les jours à m’enfuir de ce pays et à retrouver ma famille…. Qu’Allah swt vous préserve de tout ça.

Mes sœurs je vous aime fi Allah, faites attention à vous pour l’amour d’Allah. Le haqq n’est pas là-bas, n’allez pas rejoindre ce clan de chiens de l’Enfer. Ce sont bel et bien des khâwarijs…. Et je connais beaucoup de sœurs de France ou d’ailleurs qui voudraient revenir mais une fois entrées là-bas c’est interdit d’y sortir, du moins pas vivant…« 

Source: sunna-magazine.com

Publicités

Du Terrorisme à l’islam authentique


Au nom de Dieu le tout miséricordieux le très miséricordieux.


Au nom de Dieu le tout miséricordieux le très miséricordieux.

Comment le groupe takfiriste reconnu, Daesh, recrute t’il ? Comment parvient-il à corrompre les mères de l’humanité? à quel point la voie des pieux prédécesseurs(As-salafiya) est-elle différente de la voie des terroristes? à quel point les médias les plus connus mentent-ils?

Voici le Témoignage d’une Sœur :

« Aujourd’hui, si je tiens à faire ce témoignage c’est tout d’abord pour éviter à certains frères, certaines sœurs de se faire piéger comme je l’ai été wa Li-l-Llahi Al Hamdu par la permission d’Allah Sami’i l’Alimi tout s’est très vite arrêté…

J’étais dans les débuts de ma pratique religieuse donc j’essayais d’être pratiquante au maximum: je priais, je jeûnais tous les lundis/jeudis, je ne ratais pas un seul jumu’a pourtant ce n’est pas obligatoire pour la femme, c’est même préférable de prier chez soi, je lisais et j’apprenais chaque jour le Qur’an, etc.

J’avais tout juste 14 ans, je venais de porter le jilbeb, tout le monde ( y compris mes proches) m’a tourné le dos, on me disait que je gâchais ma vie, que je ne le porterais pas longtemps, que c’était ma crise d’adolescence etc.

Mais Subhana Allah j’avais une incroyable envie d’apprendre la science, c’était surprenant mais… Vers qui me diriger maintenant que tout le monde est contre moi, qui m’enseignerait la science ?

J’ai donc crée un Facebook comme plus personne ne me parlait, j’en avais besoin et je voulais connaître le début de l’islam, la vérité sur l’islam, j’ai donc posté en anonyme disant que je souhaitais rencontrer des personnes pour m’aider à avancer dans la religion… Chose que je n’aurais jamais dû faire!

Je suis tombé sur une sœur agréable, gentille, qui avait une certaine connaissance que je n’avais pas , qui parlait l’arabe etc. Je l’admirais pour cela, étant pieuse je l’écoutais donc attentivement et je suivais ses conseils à la lettre. Après plusieurs semaines je m’étais confiée à elle en lui racontant mes épreuves, mon enfance, mes appréhensions, ma motivation, mes peines, mes joies, ma solitude, etc.

Puis elle me dit alors qu’un frère pouvait m’aider à résoudre tout cela. J’ai donc accepté mais j’étais gênée. Elle me transféra alors son Facebook, le frère m’ajouta puis nous parlions au fil du temps, je lui racontai aussi mes problèmes, puis il me conseilla etc. Au début il était très calme et très doux. J’avais des faiblesses dans mes prières (prier à l’heure), j’avais des baisses de foi… Parfois on était en pleine conversation et il stoppait tout masjid pour lire le Qur’an ou pour écouter un prêche etc. Il se rendait toujours au ce qui augmentait mon admiration.

Un peu naïve dans les débuts, je me suis attachée à lui sans forcément le vouloir. Il me proposa alors au fil des mois de l’épouser, j’avais 15 ans à ce moment. Je lui avais répondu que j’étais trop jeune, que ma famille ne voudrait jamais, il insista en me disant que de toute façon je n’ai pas de mahram donc même si ma famille ne voulait pas, le mariage serait valide. Au fur et à mesure il m’envoya des hadiths sur le bienfait de se marier jeune, puis sur la Hijra, le fait d’émigrer en terre d’islam etc. Il me disait que le vrai islam se trouvait au Shâm en Syrie, que c’était là-bas que la loi d’Allah était mise en pratique. J’étais éperdument attachée à lui, je croyais en ses paroles, aveuglée par l’amour.

Progressivement j’ai voulu vivre avec lui, partir avec lui et oublier tous mes soucis ici. Il n’y avait que lui qui me comprenait, j’avais une terrible haine envers ma famille, mes amis… Le frère me disait que c’était des mécréants, qu’ils ne se soumettaient pas à la sharia (Loi d’Allah), qu’on devait leur couper la tête s’ils ne se repentaient pas, qu’il fallait que je le rejoigne en Syrie. J’avais peur de partir seule car même le train je ne l’avais jamais pris seule. Je lui dis alors que j’étais d’accord mais qu’une sœur devait m’accompagner car seule je risquais de paniquer. Je le répète je n’ avais que 15 ans mais physiquement j’en paraissais 20, ce qui était facile pour passer à l’aéroport…

Je continuais encore et encore à parler avec lui, ma haine augmentait de plus en plus, il me montrait des vidéos d’enfants, de femmes torturées, je m’effondrais et je pleurais sur leurs malheurs que l’on voyait dans chaque vidéo. Il m’avait envoyé des Hadiths où l’on pouvait lire qu’il fallait leur couper la tête. Ça m’a un peu refroidie mais je lui faisais confiance, il répétais sans cesse: « C’est la loi d’Allah! On tue les mécréants pour obtenir une terre musulmane! Un pays musulman où on applique la loi d’Allah! »

Il m’envoya alors des vidéos où il coupait des têtes avec d’autres frères. Au début j’eus très peur mais au fur et à mesure je regardais cela comme si je regardais un sketch de Gad El Maleh… C’était devenu normal pour moi, même dans la rue quand je marchais on m’insultait je répondais: » le sabre vous attend, le sabre vous attend! »… Allahuma al musta’an !Il me disait de quitter la France, de le rejoindre car la France serait la prochaine cible visée par les bombardements à cause de la loi interdisant le niqab !

Un autre jour, je venais encore de me disputer avec ma famille… Je me suis réfugiée dans ma chambre pour regarder des vidéos encore des vidéos toujours des vidéos… J’ai reçu un appel,c’était lui. Je décroche, en larme, je lui dis que j’étais prête à le rejoindre, qu’il pouvait me faire les faux papiers etc. Il me dirigea alors vers une sœur qui devait m’accompagner, elle aussi devait se marier là-bas, on a donc échangé pendant plusieurs semaines, on s’entendait bien, on avait la haine contre les musulmans qui ne suivaient pas notre voie…La sœur était chargée de récupérer les papiers, moi j’avais réussi à me faire un peu d’argent en demandant à ma famille prétextant que c’était pour aller au grec ou acheter des livres pour l’école.

La semaine de mon départ j’ai donc fait mon sac que je cachais dans l’armoire, un sac pas trop rempli pour ne pas me faire démasquer… Le frère m’avait dit de prendre le strict minimum (sous-vêtements, pyjama, deux/trois jilbabs/ 1 niqab/ et pour ce qui était des vêtements juste 2 tenues de rechange car il se chargerait de m’acheter le reste) il m’avait également dit d’enlever ma puce de mon téléphone une fois avec la sœur, de la casser et de la jeter afin qu’on ne nous localise pas. Mon sac était donc préparé, deux jours avant mon départ j’étais très angoissée à l’idée de partir, je ne savais pas ce qui allait m’arriver, ça faisait des mois et des mois que je parlais avec le frère mais bon… Je me suis dis qu’il fallait que je fasse la prière de consultation ! Je l’ai donc faite et le lendemain matin ( la veille de mon départ) j’ai désactivé mon compte Facebook, je ne souhaitais plus partir. Pourquoi ? Je n’en sais rien… Pourtant j’avais toujours cette haine contre les mécréants qui m’envahissait !

Je suis restée comme ça dans l’angoisse pendant à peu près deux semaines; puis pendant une semaine j’ai fais la prière de consultation et lors de mes sujud je demandais à Allah de me guider vers le droit chemin ! Le chemin de la vérité ! Des pieux et vertueux ! Et de me détourner du chemin de ceux qui ont encouru Sa colère !

Quelques jours plus tard je suis tombé sur un dars du minhaj salaf Salih. Lors d’une rencontre entre sœurs j’ai fait la connaissance d’une sœur, on a échangé longuement et je me suis confiée à elle. Le soir même elle m’a conseillé et m’a apporté les preuves et m’a éclairé au sujet des takfiri/khawarij, j’étais alors en larmes, en larmes… J’étais partagée entre la joie, le bonheur qu’Allah aza wa jaal m’a octroyé et qu’Il m’avait préservée de cela, et le dégoût de ma personne, comment avais-je pu être aussi naïve ? Comment avais-je pu être si méchante ?

Petit a petit j’ai appris les règles de base du minhaj, je me suis dirigée vers la croyance authentique , le tawhid , les trois fondements, les 4 règles al hamdu lillah malgré le fait qu’à plusieurs reprises j’ai essayé de trouver une erreur, une faille dans cette aqida, dans ce minhaj, je n’y ai jamais réussi… Subhana Allah !

Aujourd’hui j’ai plus de mal à jeûner tous les lundis et jeudis, je ne vais plus au jumu’â, je me suis éloignée de pas mal de personnes mais al hamdu li-Llahi je sais que ma aqida est sahiha, que mon minhaj est sahih ! Et je n’ai aucun doute à ce sujet !
Je suis toujours en conflit avec ma famille mais contrairement à avant je patiente et je fais preuve d’endurance, je fais preuve de sagesse en leur montrant la vérité, la voie des salafs, ce qui est difficile mais j’ai espoir en Allah !

Donc un petit conseil aux frères et aux sœurs :

« Ne vous laissez pas influencer par n’importe qui, soyez sincère, cherchez sincèrement la vérité, ne cessez pas d’invoquer Allah sur votre guidée , éloignez-vous de la mixité, et des mauvaises personnes… »

Qu’Allah raffermisse notre foi sur le haqq ! Qu’Allah nous guide sur minhaj al haqq !

Qu’Allah fasse de nous des femmes pieuses et vertueuses et qu’Il fasse de nos frères et hommes pieux et vertueux !

Qu’Allah nous accorde une science utile !

Qu’Allah nous éloigne des gens de l’innovation et nous rapproche des gens de la sunna !

Qu’Allah nous accorde un époux salih, wa une épouse saliha !

Qu’Allah nous accorde une descendance pieuse et vertueuse parmi les gens de la sunna qui n’encourront pas Sa colère ! »

source tirée de l’article original de sunna-magazine.com

Si vous souhaitez vous aussi transmettre votre témoignage  -> contact

Séminaire sur les Terroristes



Au nom de Dieu, le tout miséricordieux, le très miséricordieux.

 

Durant le SAMEDI 25 OCTOBRE 2014, le Séminaire: « Qui sont DAECH, Al-Qâidah et An-Nosrah à la lumière du Coran et de la Sounnah » s’était organisé à la Mosquée « Masjid Dar At-Tawhîd ».

Ce séminaire organisé par des prédicateurs suivant la voie des pieux prédecesseurs(Salafis), concernait la voie des kharijistes takfiristes(que les médias appellent Djihadistes) et leur difference avec la voie du dernier des Prophetes, Muhammad, que la prière et la paix de Dieu soit sur lui.

Les trois conférenciers lors de ce Séminaire étaient:
Maher Abu Ibrahim avec comme sujet : La différence entre la croyance des kharijistes et des gens de la Tradition Prophétique.

Sidati abu Abderrahman qui est recommandé par le Savant du Hadith, Wasiou LLâh Abbas, avec comme sujet : Les kharijistes, de leur apparition jusqu’à nos jours, (dont l’audio est ici)

Et Uthmân Abu Laïth , recommandé par le Savant  Wasiou llâh Abbas, avec comme sujet :  Les similitudes entre les premiers kharijistes et les contemporains à travers les textes. (dont l’audio est ici )

Le Savant du hadith, Wassiou Allâh Abbas, y avait également effectué une intervention téléphonique depuis l’Arabie.

 

source : Dourous sounnah et http://www.institutsounnah.com/qui-sont-daech-al-qaidah-et-an-nosrah-a-la-lumiere-du-coran-et-de-la-sounnah

JABHAT ISLAMIYA – Qui sont ces resistants Syrien?


Bismillâhi rRahmâni rRahim.

Nous ne cesserons d’être divisés tant que nous nous unissions pas sur une parole commune qui est « Lâ ilaha illa Allâh, Muhammadan Rassoullâh » et que notre compréhensoin ne soit pas basé sur le Qu’ran & la Sunna Selon la Compréhension des Salafs Salih. Ce n’est pas un secret que les groupes armées khawarij en Palestine et en Syrie s’entretuent et se rendent mécréant mutuellement. Comment s’unir avec autant de bannière et emir différent.
Jabhat islamiya temoigne que l’ASL est en réalité une millice armée laïque. jabhat islamiya a temoigné également ,en vidéo‚ avoir capturé un combattant d’EIIL qui a reconnu être Judaïste. Ils expliquent qu’à la base jabhat islamiya était des resistants syrien puis que leur groupe s’est internationalisé. Le groupe de frêre resistant jabhat islamiya apprenent leur religion de Jarbou, Ghounayman et rejette le Gouverneur de l’Etat Salafi d’Arabie ainsi que les savants de la sounnah. jabhat islamiya n’a donc aucun lien financter avec l’Arabie et Savants

Le Takfiriste Abu Hamza travaillait pour les Services secrets Anglais


Au nom de Dieu, le Misericordeur, le très Misericordieux

Abou Hamza al Mirsi, fortement supporté par les groupes takfiristes SHARIA4BELGIUM et SHARIA4UK, est connu pour ses discours dangereux, ses soutiens aux innovation religieuses (dont les attentats et les revoltes inconditionnées) et son suivie de la voie des Kharijites dont Ussama Ben laden et Al Qaida en sont la grande réference.

 

Par Haine envers l’islam pure, les Médias se servent volentairement de ce genre d’égareur ou groupe(AQMI, BOKO HARAM, etc…) afin d’appeller ceci volontairement L’ISLAMisme, Le JIHADisme, Le SALAFisme alors que ces 3 choses pures sont innocentes de ces choses-là(Kharijidme,Terrorisme,Takfirisme) et sont réfutés par Allâh(Quran), par son dernier prophete(Hadith), par les pieux prédecesseurs et leurs successeurs dans la voie droite.

De nombreux savants Salafi ont nommé BEN LADEN un DIABLE.

 

Le 8 MAI 2014, Abou Hamza dévoile avoir été mis en service par le MI5 depuis 1997 pour effectuer des discours takfiristes.

L’armée laïcardiste française à la chasse des musulmans Centrafriquains



Au nom de Dieu, le tout misericordieux, le très miséricordieux.

Non content du fait d’avoir laisser leur ancienne colonie en liberté, la France decide d’intervenir après avoir compris que la liberté des africains leur fournissait beaucoup trop d’ouverture d’esprit dans le fait d’unifier Allãh dans son adoration sans lui donner d’intermediaire.

En effet l’Etat Centre-Afriquain était devenu depuis un pays qui déclare que «Nul Divinité n’est Digne d’être Adorer en dehors d’Allãh et Muhammad est le dernier des messagers d’Allâh

La France, connu pour être un Etat radicaliste, laïcardiste, démoncratiste, franc-maçonnique, extremiste, n’as pu accepté ceci.
C’est ainsi que le Taghout radical,François Hollande, avec l’autorisation de l’ONU décida d’envoyé l’armée française connue pour ses meurtres lâches sur des bêbés afghans aux côtés de l’OTAN.

Presqu’un demi-millions de muslim ont été assassiné en Centre-Afrique. De plus, avec l’aide de l’ancien dictateur François Bozizé, des milices terroristes revolutionnaire non musulmanes dans l’Etat islamique de Centre-Afrique tel des croisées chrétienne appelant à la guerre sainte, des anciens prisonnionnés libérés avant le départ du tyran François Bozizé, des bandits armés, etc …

Avec les rebelles et l’armée Française, de nombreux nomades Peuls innocents ont été décapités en une nuit.
Les vénérateurs du Prophête Jésus, Chrétien(ou Chrétieniste extremiste radicaliste pour ceux qui considèrent que Jésus est innocent de celà, et du Shirk) , ont effectué, armés de machette, à eux seul 22 morts et 42 blessés dont un nombre conséquent d’enfant.

Plus de 80 corps tués par des armes et machettes ont été trouvré dont femmes et enfants; l’AFP reconnait que 100% des cadavres sont musulmans.
Persecution Islamocide, massacres antimusulmans.
C’est un genocide injuste, une guerre avec qu’une seul armée et des millices sans personne en face à part de simple commercants musulmans ou des nomades qui se font tué dans des mosquées.

Dieu dit : « Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. -Dis : « Certes, c’est la direction d’Allâh qui est la vraie direction ». Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allâh ni protecteur ni secoureur.» {S. 2 V. 120}

Ibn Taymiyya: « Au sujet du Djihad défensif, dont le but est de faire repousser un agresseur, c’est le type de Djihad à caractère obligatoire qui pèse le plus. Il y a une unanimité qu’il faut protéger la Religion et ce qui est sacré. Le premier engagement après la Foi consiste à repousser l’ennemi agresseur qui assaille la Religion et ses affaires. Il n’y a aucune exigence conditionnelle telle que des approvisionnements, moyens du transport, mais plutôt, il faut combattre avec les moyens disponibles immédiatement » (al-Fatawa al-Koubara, 4/608 ).

Pour qu’un pays muslim voisin intervienne pour secourir leur frêres oppressé, il faut l’autorisation du gouverneur comme se fut le cas pour la Palestine avec le roi Faycal ou la defense d’afghanistan contre les envahiseurs soviétiques. C’est également le gouverneur qui annule les pactes de paix ou non, et ce n’est pas à la population qu’incombe le péché dans le cas où le gouverneur tomberait dans l’erreur. En effet, c’est le gouverneur qu’est questionné par Allâh sur ses devoirs de gouverneurs, car la population a juste obéi au gouverneur en ayant conscience que c’est le dirigeant qui donne la décision de ceci, Contrairement à la secte des kharijistes qui considerent que le Jihad necessite pas l’autorisation du dirigeant et des parents, et vous constatez le chaos que celà donne dans le monde.
Donc, le moins que l’on puisse faire malheuresement est de prier pour les frêres oppressés en Centre-Afrique et dans le monde, qu’Allâh augmente la foi des gouverneurs.

source : http://www.islametinfo.fr/2013/12/05/centrafrique-quand-les-medias-francais-nient-le-caractere-antimusulman-des-massacres/
http://www.islametinfo.fr/2013/12/05/centrafrique-massacres-de-musulmans-ils-ont-tue-mon-tout-petit-bebe-a-coups-de-machette/

Rapport médical officiel pour Dammaj 05/11/13


Bismillâhi rRahmâni rRahîm

«52 morts
37 disparus
200 blessés
2 hôpitaux endommagés
6 mosquées endommagées
4 réservoirs d’eau endommagés
2 écoles endommagées

160 maisons endommagées

2000 femmes et enfants évacués danses zones d’évacuation d’urgence temporaires

Avec d’autres horrifiantes réalités du terrorisme maudits des houthis

Via Shaakir McGill
@a_shaakir‘ »

source : AsSalafiyaa, 7 Novembre 2013,

———-
N’hésitez pas à participer à la redaction afin de partager aux francophones vos nouvelles concernant les musulmans oppressés partout dans le monde https://salafiactu.wordpress.com/contact/

L’arabie saoudite ouvre ses frontières


Bismillâhi rRahman rRahîm

L’autorité saoudienne ouvre sa frontière afin de venir en aide aux musulmans oppressé par les chiites financés par l’Iran à dammaj.

Des adorateurs de tombeaux chiites unis pratiquants un génocide en Syrie et au Yemen à l’inverse de ceux qui se concentrent encore à rendre les gens de science et gouverneurs mécréants.

Réfuter une faute ou un fautif est une chose, et secourir un musulman en est une autre.

http://daralhadith-sh.com/soutien-aux-gens-de-la-sunna-de-dammaj/

C’est ainsi que les savant de la Sunna ayant refuter Yahya al hajouri ou rendu innovateur, appel tout comme en Syrie à soutenir les musulmans oppressés à dammaj selon les moyens légiférés.

Si vous maitrisez l’arabe et aimeriez partager les informations de dammaj sur salafiactu veuillez postuler ici https://salafiactu.wordpress.com/contact/

Cour Europeenne : la laicite est incompatible avec l’Islam



La cour européenne des droits de l’homme(CDEH) a déclaré, lors de l’arrêt du 31 juillet 2001 annoncant la fermeture d’un parti Musulman turc en Turquie, que les droits de l’homme(frabriqué en 1950) et la démocratie sont incompatibles avec La Loi Divine.

«(…) 11.  Le 21 mai 1997, le procureur général près la Cour de cassation saisit la Cour constitutionnelle turque d’une action en dissolution du R.P. Il reprochait au R.P. de constituer un « centre » (mihrak) d’activités contraires au principe de laïcité. A l’appui de sa demande, le procureur général invoquait notamment les actes et propos suivants des dirigeants et membres du R.P.  :
‑  Le président et les autres dirigeants du R.P. soutenaient, dans toutes leurs interventions publiques, le port du foulard islamique dans les écoles publiques et dans les locaux d’administrations publiques, alors que la Cour constitutionnelle avait déjà déclaré que cela allait à l’encontre du principe de laïcité inscrit dans la Constitution.
‑  Lors d’une réunion relative à la révision constitutionnelle, le président du R.P., Necmettin Erbakan, avait formulé des propositions tendant à abolir le système laïque de la République. Il avait suggéré que les fidèles de chaque mouvement religieux suivent les règles propres à leur organisation et non plus les règles de droit de la République.(…)
24.  Quant au fond, la Cour constitutionnelle estima que si les partis politiques étaient les principaux acteurs de la vie politique démocratique, leurs activités n’échappaient pas à certaines restrictions. Notamment, leurs activités incompatibles avec le principe de la prééminence du droit ne pouvaient être tolérées. La Cour constitutionnelle invoqua les dispositions constitutionnelles imposant le respect de la laïcité aux divers organes du pouvoir politique. Elle rappela également les nombreuses dispositions de la législation interne obligeant les partis politiques à appliquer le principe de laïcité dans plusieurs domaines de la vie politique et sociale. La Cour constitutionnelle fit valoir que la laïcité était l’une des conditions indispensables de la démocratie. Selon elle, le principe de laïcité était garanti en Turquie sur le plan constitutionnel, en raison de l’expérience historique du pays et des particularités de la religion musulmane. La Cour fit observer l’incompatibilité du régime démocratique avec les règles de la Charia. Elle rappela que le principe de laïcité interdisait à l’Etat de témoigner une préférence pour une religion ou croyance précise et constituait le fondement de la liberté de conscience et de l’égalité entre les citoyens devant la loi. Selon la Cour constitutionnelle, l’intervention de l’Etat en vue de sauvegarder la nature laïque du régime politique devait être considérée comme nécessaire dans une société démocratique.
25.  Pour la Cour constitutionnelle, les éléments de preuve suivants démontraient que le R.P. était devenu un « centre d’activités contraires au principe de laïcité » :
‑  Le président du R.P., Necmettin Erbakan, avait encouragé le port du foulard islamique dans les établissements publics et scolaires. (…)

Dans son discours du 14 décembre 1995, précédant aux élections législatives, il avait déclaré ce qui suit :

« (…) les recteurs (d’université) vont s’incliner devant le voile quand le R.P. sera au pouvoir ».

Or, manifester ainsi sa religion équivalait à faire pression sur les personnes qui ne suivaient pas cette pratique et créait une discrimination fondée sur la religion ou les croyances. Cette conclusion était renforcée par les constatations de la Cour constitutionnelle et du Conseil d’Etat dans diverses affaires et par la jurisprudence de la Commission européenne des Droits de l’Homme dans les requêtes nos 16278/90 et 18783/91 concernant le port du foulard dans les universités.

(…)- Le vice-président du R.P., Ahmet Tekdal, avait indiqué, dans un discours prononcé en 1993 lors d’un pèlerinage en Arabie saoudite et retransmis par une chaîne télévisée en Turquie, qu’il préconisait l’instauration d’un régime basé sur la Charia :(…)
‑  Le vice-président du R.P. et ministre de la Justice, Şevket Kazan, avait rendu visite à une personne qui se trouvait en détention provisoire pour activités contraires au principe de laïcité et lui avait ainsi marqué son soutien en sa qualité de ministre.(…)

27.  La Cour constitutionnelle rappela qu’elle prenait en considération les textes internationaux concernant la protection des droits de l’homme, y compris la Convention. Elle invoqua également les restrictions prévues par le deuxième paragraphe de l’article 11 et par l’article 17 de la Convention. Elle fit observer dans ce contexte que les dirigeants et les membres du R.P. utilisaient les droits et libertés démocratiques en vue de remplacer l’ordre démocratique par un système fondé sur la Charia. Selon la Cour, lorsqu’un parti politique poursuivait des activités visant à mettre fin à l’ordre démocratique et utilisait sa liberté d’expression pour appeler à passer à l’action dans ce sens, la Constitution et les normes supranationales de sauvegarde des droits de l’homme autorisaient sa dissolution. (…)

43.  La Convention européenne des Droits de l’Homme doit se comprendre et s’interpréter comme un tout. Les droits de l’homme constituent un système intégré visant à protéger la dignité de l’être humain ; la démocratie et la prééminence du droit (rule of law) tiennent à cet égard un rôle clé.
La démocratie suppose de donner un rôle au peuple. Seules peuvent être investies des pouvoirs et de l’autorité de l’Etat des institutions créées par et pour le peuple ; les lois doivent être interprétées et appliquées par un pouvoir judiciaire indépendant. Il n’y a pas de démocratie lorsque la population d’un Etat, même majoritairement, renonce à ses pouvoirs législatif et judiciaire au profit d’une entité qui n’est pas responsable devant le peuple qu’elle gouverne, que cette entité soit laïque ou religieuse.
La prééminence du droit signifie que tous les êtres humains sont égaux devant la loi, en droits comme en devoirs. Toutefois, la loi doit tenir compte des différences, étant entendu qu’il s’agit de distinctions entre les personnes et les situations qui ont une justification objective et raisonnable, visent un but légitime, sont proportionnées et conformes aux principes qui règnent normalement dans les sociétés démocratiques. Or on ne saurait dire que la prééminence du droit règne sur le plan laïque lorsque des groupes de personnes subissent une discrimination au seul motif qu’ils représentent des sexes différents ou des convictions politiques et/ou religieuses différentes. Il ne règne pas non plus lorsque des systèmes juridiques entièrement différents sont créés pour de tels groupes.
Il existe un lien très étroit entre la prééminence du droit et la démocratie. La loi ayant pour fonction d’établir des distinctions sur la base de différences pertinentes, il ne saurait y avoir de réelle prééminence du droit sur une longue période si les personnes soumises aux mêmes lois n’ont pas le dernier mot au sujet de leur contenu et de leur mise en œuvre.
44.  La Cour rappelle en outre que, malgré son rôle autonome et la spécificité de sa sphère d’application, l’article 11 doit s’envisager aussi à la lumière de l’article 10. La protection des opinions et de la liberté de les exprimer constitue l’un des objectifs de la liberté de réunion et d’association consacrée par l’article 11. Il en va d’autant plus ainsi dans le cas de partis politiques, eu égard à leur rôle essentiel pour le maintien du pluralisme et le bon fonctionnement de la <strong›démocratie. (…)

50.  La Cour a précisé que dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir cette liberté de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des convictions de chacun (arrêt Kokkinakis précité, p. 18, § 33).
(…)
La Cour constitutionnelle a rappelé qu’un tel système, qui avait ses origines dans l’histoire de l’Islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire. Un tel système porterait naturellement atteinte à l’unité judiciaire, puisque chaque mouvement religieux se doterait de ses propres juridictions et les tribunaux de l’ordre juridique général seraient tenus d’appliquer le droit selon la religion des comparants, obligeant ces derniers à dévoiler leurs convictions. Pareil système saperait également l’unité législative, étant donné que chaque mouvement religieux aurait compétence pour édicter les règles de droit applicables en son sein. (…)
Selon la Cour, un tel modèle de société ne saurait passer pour compatible avec le système de la Convention, pour deux raisons :
D’une part, il supprime le rôle de l’Etat en tant que garant des droits et libertés individuels et organisateur impartial de l’exercice des diverses convictions et religions dans une société démocratique, puisqu’il obligerait les individus à obéir, non pas à des règles établies par l’Etat dans l’accomplissement de ses fonctions précitées, mais à des règles statiques de droit imposées par la religion concernée. Or, l’Etat a l’obligation positive d’assurer à toute personne dépendant de sa juridiction de bénéficier pleinement, et sans pouvoir y renoncer à l’avance, des droits et libertés garantis par la Convention (voir, mutatis mutandis, l’arrêt Airey c. Irlande du 9 octobre 1979, série A n° 32, p. 14, § 25). (…)

71.  Quant au second groupe des moyens retenus par la Cour constitutionnelle, celle-ci a estimé que le R.P. avait l’intention d’instaurer la Charia (la loi islamique) comme droit commun et comme droit applicable à la communauté musulmane. Or, pour la Cour constitutionnelle, la Charia serait l’antithèse de la démocratie , dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance, ou de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science.(…)

72.  A l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques. La Cour relève que, lues conjointement, les déclarations en question qui contiennent des références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout. Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses. En outre, les déclarations qui concernent le souhait de fonder un « ordre juste » ou un « ordre de justice » ou « ordre de Dieu », lues dans leur contexte, même si elles se prêtent à diverses interprétations, ont pour dénominateur commun de se référer aux règles religieuses et divines pour ce qui est du régime politique souhaité par les orateurs. Elles traduisent une ambiguïté sur l’attachement de leurs auteurs pour tout ordre qui ne se base pas sur les règles religieuses. Selon la Cour, un parti politique dont l’action semble viser l’instauration de la Charia dans un Etat partie à la Convention peut difficilement passer pour une association conforme à l’idéal démocratique sous-jacent à l’ensemble de la Convention.

73.  La Cour estime également que, considérées isolément, les prises de position des dirigeants du R.P., notamment sur la question du foulard islamique ou sur l’organisation des horaires dans le secteur public en fonction de la prière, et certaines de leurs initiatives, telles que la visite de M. Kazan, alors ministre de la Justice, à un membre de son parti inculpé d’incitation à la haine fondée sur la discrimination religieuse, ou la réception offerte par M. Erbakan aux dirigeants des différents mouvements islamiques, ne constituaient pas une menace imminente pour le régime laïque en Turquie. Cependant, la Cour juge convaincante la thèse du Gouvernement selon laquelle ces actes et prises de position étaient conformes au but inavoué du R.P. d’instaurer un régime politique fondé sur la Charia. (…) »

source : hudoc.echr.coe.int/sites/eng/pages/search.aspx?i=001-64174

100 morts en 5 jours dans une banlieue Syrienne



Les resistants décrivent une zone de guerre sanglante à l’intérieur de Jdeidet al-Fadel. Cette localité est complètement coupée de la capitale syrienne et des secours depuis lundi. « Le régime interdit à quiconque d’y pénétrer ou d’en sortir. Il n’y a aucun moyen de sauver les blessés » a déclaré le porte-parole des militaires resistants.

Un Observatoire syrien (OSDH) a annoncé lundi après-midi que les moujahidines resistants présents à Jdeidet al-Fadel recensaient 101 morts dans la ville, dont 10 femmes et trois enfants et leur nombre pourrait dépasser les 250 morts « il reste des personnes disparues que nous n’arrivons pas à contacter, alors que les forces du régime se déploient dans la localité. »

Les resistants ont également rapporté que beaucoup d’habitants y compris des innocents civils de la localité ont été séquestré ce weekend, par le régime syrien. Une centaine de personnes sont portées disparues. les magasins sur place auraient été pillés et les maison brulées.

source : lexpress